2e corps d'armée royal bavarois

Page d’aide sur l’homonymie

Pour les articles homonymes, voir 2e corps.

2e corps d'armée royal bavarois
Image illustrative de l’article 2e corps d'armée royal bavarois
Création 1815
Dissolution 1919
Pays Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Type Corps d'armée
Garnison Wurtzbourg[1]
Guerres Guerre austro-prussienne
Guerre franco allemande de 1870
Première Guerre mondiale
Batailles Guerre franco allemande de 1870
Bataille de Wissembourg
Bataille de Frœschwiller-Wœrth
Bataille de Sedan
Siège de Paris
Première Guerre mondiale
1914 - Bataille de Morhange
1914 - Bataille de la trouée de Charmes
1914 - Bataille du Grand-Couronné
1914 - Bataille d'Albert
1915 - bataille de l'Artois
1915 - 2e Bataille de l'Artois
1916 - Bataille de la Somme
1917 - Bataille de Passchendaele
1918 - Bataille de la Lys
modifier Consultez la documentation du modèle

Le 2e corps d'armée royal bavarois est une grande unité et en même temps une autorité de commandement territoriale de l'armée bavaroise. Il est créé le en tant que commandement général à Wurtzbourg. Refondé lors de la réforme de l'armée du , le district militaire comprend la partie nord de la Bavière sur la rive droite du Rhin. Le corps prend à la guerre franco-allemande de 1870 et à la Première Guerre mondiale. Il est dissous en même temps que l'armée bavaroise avec le traité de Versailles en 1919.

Subordination

Structure de paix en 1914

Commandement général

Structure de guerre le

  • 3e division d'infanterie
  • 4e division d'infanterie
  • Troupes du corps composées du 1er bataillon du 1er régiment d'artillerie à pied royal bavarois « vakant Bothmer » (de) (1er-4e batteries d'obusiers lourds de campagne, colonne de munitions légères), Département de l'aviation sur le terrain 2, département des transmissions 2, Scheinwerferzug du 2e bataillon et corps du génie Pont-train 2.
  • Colonnes de munitions et de trains

Commandement

  • Général commandant : General der Infanterie Karl von Martini
  • Chef de l'état-major : Oberstleutnant Franz Stängl
  • État-major :
    • Major Ludwig Schraudenbach
  • Commandant des pionniers :
    • Major Laacke

Histoire

La grande unité est créée à l'origine le sous le nom de Commandement général de Wurtzbourg, mais est dissoute le . Du au , il existe sous le nom de 2e corps d'armée, avant que le commandement général de Wurtzbourg ne soit reconstruit le dans le cadre de la réforme de l'armée. Il comprend la partie nord de la Bavière sur la rive droite du Rhin. Après la formation du 3e corps d'armée royal bavarois (de) en 1900, le district du corps ne comprend que la Basse-Franconie et des parties de la Haute-Franconie et du Palatinat.

Guerre franco-allemande de 1870

Le corps prend part à la guerre franco-allemande sous le général Jakob von Hartmann. La 3e armée du prince héritier de Prusse a une grande proportion de contingents allemands du sud, dont deux corps d'armée bavarois. Le 5e corps d'armée prussien et le 11e corps d'armée avance entre Germersheim et Landau, le corps suit à Bergzabern sur l'aile nord. Le , le corps prend d'assaut Wissembourg, deux jours plus tard, il combat dans la bataille de Frœschwiller-Wœrth, avec la 3e division d'infanterie du général Wilhelm Walther von Walderstötten avançant du nord vers Fröschweiler. Le , les Bavarois obligent la forteresse de Marsal à se rendre et se dirigent vers Nancy. Le , la 3e armée doit virer à droite en direction du nord afin de repousser le gros de l'armée française contre la frontière belge. Le corps joue un rôle de premier plan dans la bataille de Sedan le . Bazeilles est pris d'assaut avec le 1er corps d'armée du général Ludwig von der Tann-Rathsamhausen, la 4e division d'infanterie du lieutenant-général Friedrich von Bothmer (de) approche la ville des deux côtés de la Meuse, conquérant les banlieues de Balan et Wadelincort. Après la capitulation française de Sedan, l'avance sur Paris reprend. Entre le 16 et le , le corps force le passage de la Seine à Corbeil et gagne à Bourg-la-Reine et au Petit-Bicètre. Lors du siège, les Bavarois occupent Châtillon défendu par le général Ducrot.

Première Guerre mondiale

Au début de la guerre en , le corps s'attaque à la forteresse de Metz. Lors de la bataille de Lorraine, les 3e et 4e divisions d'infanterie avancent en direction du sud par Château-Salins (à l'ouest de Dieuze) jusqu'à la Meurthe près de Lunéville. Le corps prend part à la bataille de la trouée de Charmes. À la suite de la course à la mer, le corps est déplacé à Péronne avec le 1er corps d'armée. Le corps tente de devancer le 11e corps d'armée français du général Joseph-Paul Eydoux au nord de celui-ci à Combles lors de l'avance sur Montauban. Début novembre, le corps du « Groupe Fabeck » au sud d'Ypres, les Bavarois réussissent à prendre Saint-Éloi lors de la première bataille le .

Lors de la bataille de la Somme en 1916 le corps est transféré dans la 1re armée, les 3e et 4e divisions d'infanterie sont dans le secteur de Martinpuich, l'aile gauche est en contact avec la 5e division d'infanterie qui défend près de Longueville. Fin , le corps est au Transloy par les troupes du XXVIe corps de réserve relevé et ramené à la 6e armée en Flandre dans l'ancienne zone de bataille près de Lille.

Le , Otto von Stetten (de) prend la direction du corps qu'il occupe en tant que suppléant depuis . À Lille en 1917, le corps affronta le 2e corps australien (ANZAC Corps) sous les ordres du général Alexander Godley. Le matin du , la 2e armée britannique ouvre l'attaque sur l'arc Wytschaete avec 2 000 canons à la bataille de Messines. La grande offensive britannique débute le par la démolition de 19 mines situées à une profondeur de 15 à 30 mètres. L'explosion fait littéralement exploser les positions allemandes et la 3e division d'infanterie subit de lourdes pertes. Au cours de la bataille de Passchendaele, le commandement général connu sous le nom de « groupe de Lille » est subordonné à la 4e armée et maintient les positions.

Le groupe Stetten participe à la bataille de la Lys. Il parvient à prendre Bois-Grenier par un flanc à droite, à pénétrer dans Fleurbaix et à accéder à la Lys à Bac Saint-Maur.

En , le corps protège la retraite à l'est de l'Escaut dans la région de Gavere.

Général commandant

Grade Non Dates[2]
General der Infanterie Jakob von Hartmann au
Generalleutnant Joseph Maximilian von Maillinger (de) au
General der Infanterie Karl von Orff au
General der Infanterie Otto von Parseval (de) au
General der Kavallerie Emil von Xylander (de) au
General der Infanterie Theophil von Reichlin-Meldegg (de) au
General der Infanterie Alfred Eckbrecht von Dürckheim-Montmartin (de) au
General der Infanterie Karl von Martini (de) au
Generalleutnant Otto von Stetten (de) au
General der Kavallerie Otto von Stetten au
General der Artillerie Konrad Krafft von Dellmensingen au
Generalleutnant Otto von Rauchenberger (de) au
Generalleutnant Hermann von Burkhardt (de) 10 juin 1919 au 1 octobre 1919

Source, notes et références

  • (de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « II. Königlich Bayerisches Armee-Korps » (voir la liste des auteurs).
  1. Wegner 1990, p. 664
  2. Dermot Bradley (Hrsg.), Günter Wegner: Stellenbesetzung der Deutschen Heere 1815-1939. Band 1: Die Höheren Kommandostellen 1815-1939. Biblio Verlag, Osnabrück 1990, (ISBN 3-7648-1780-1), S. 655–656.
v · m
Active : Corps de la Garde · I. · II. · III. · IV. · V. · VI. · VII. · VIII. · IX. · X. · XI. · XII. · XIII. · XIV. · XV. · XVI. · XVII. · XVIII. · XIX. · XX. · XXI. Kommandierender General Armeekorps
Armée bavaroise : I. · II. · III.
Corps de réserve : Garde · I. · III. · IV. · V. · VI. · VII. · VIII. · IX. · X. · XII. · XIV. · XV. · XVII. · XVIII. · XXII. · XXIII. · XXIV. · XXV. · XXVI. · XXVII. · XXXVIII. · XXXIX. · XXXX. · XXXXI.
Corps de réserve bavarois : I. · II. · XV.
Corps de cavalerie : I. · II. · III. · IV. · V. · VI. · Schmettow
Genkdo z.b.V 51. · 52. · 53. · 54. · 55. · 56. · 57. · 58. · 59. · 60. · 61. · 62. · 63. · 64. · 65. · 66. · 67. · 68.
Autres corps : Ersatzkorps · Landwehr · Marinekorps · Asien-Korps
  • icône décorative Portail de l’histoire militaire
  • icône décorative Portail du Royaume de Bavière
  • icône décorative Portail de la Première Guerre mondiale